Routes de la soie, Afrique et entreprises chinoises à capitaux privés

Un article du 8 septembre 2017 de L’Observateur économique du 21e siècle 21世纪经济报 a rapporté les propos de Ou Xiaoli 欧晓理 (Inspecteur au Bureau du développement de l’Ouest à la Commission du développement et de la réforme[1] qui était présent au Forum de Bo’ao à Paris) révélant les régions du monde où les entreprises chinoises à capitaux privés 民企[2] pouvaient se risquer.

Très significativement l’Afrique est exclue des destinations proposées la réservant ipso facto aux entreprises à capitaux publics. Or les nouvelles routes de la soie 一带一路 sont une initiative devant d’abord profiter aux entreprises chinoises à capitaux privés : « Dans l’élaboration des nouvelles routes de la soie, les entreprises chinoises à capitaux privés sont une force nouvelle et la force principale », affirme Ou Xiaoli 在‘一带一路’建设上,民企既是生力军,也是主力军. Pour leurs investissements, elles doivent privilégier l’Asie du Sud-Est car mieux connue ne serait-ce que parce que la Chine a avec cette région des relations terrestres et maritimes directes, des relations économiques anciennes et étendues, mais aussi parce de nombreux Chinois y résident depuis des générations. L’Europe de l’Est n’est pas à négliger pour autant ; toutefois, elle intéressera davantage les entreprises pour son marché que pour ses opportunités d’investissement.

Lire à 周潇枭, « 民企“一带一路”沿线怎么投资 :专家建议首选东南亚市 », 21世纪经济报道, 2017年09月08日


Notes :

[1] 发改委西部开发司巡视员.
[2] 民营企业 ou 民企 désigne des entreprises de droit privé à capitaux totalement, majoritairement ou minoritairement privés. Air France, Total, Renault… répondent à cette définition.