L'investissement chinois en Afrique comparé (2015)

L'investissement chinois en Afrique comparé (2015)
D'après le dernier communiqué annuel du MOFCOM


Les données publiées en 2015 ne permettent pas une comparaison sectorielle comme le rapportait l'article Importance de l'investissement chinois : Afrique vs États-Unis , elles confirment toutefois la place limitée de l'Afrique comme bénéficiaire de l'investissement chinois.

Il n'aura pas échappé aux lecteurs de cette note que les trois premiers pays destinataires de l'investissement chinois dans cette liste sont des paradis fiscaux. Selon le classement proposé par OXFAM (voir Tax Battles: the dangerous global race to the bottom on corporate tax paru le 12 décembre 2016), si Hong Kong arrive au 9e rang des paradis fiscaux pour l'impôt sur les sociétés et les Îles Caïmanes au 2e rang, les Pays-Bas quant à eux arrivent au 3e rang : c'est le caractère paradisiaque du traitement fiscal des entreprises qui explique ce score et la disgrâce relative du Luxembourg (désinvestissement chinois massif).

La répartition régionale confirme cette tendance. On notera la place de l'Asie gonflée par les investissements chinois à Hong Kong qui en représentent plus de 80%. Le mauvais score de l'Europe est sans doute dû au massif désengagement chinois du Luxembourg et en l'absence d'opérations importantes hors les Pays-Bas en 2015.

Répartition régionale de l'investissement chinois en 2015