Regards obliques sur la banque


Caissier de banque
Collection Tales of Old China
Un banque chinoise dans les années 1920
Collection de Stephen Tai
Officine bancaire -- ce que la littérature anglo-saxonne
appelle « native bank ».
Collection Tales of China
Une rue à Shanghai, à gauche du marchand de « cigares, conserves de qualité et cigarettes ». On devine une officine de crédit 錢莊 qui semble être aussi un bazar ouvert à tous vents.
Carte postale
Une autre officine de crédit dans la concession française de Shanghai.
Carte postale
Un changeur
Carte postale
Un autre changeur
Carte postale

Une histoire édifiante et curieuse

Chen Cunren, un célèbre médecin qui publia en 1935 un grand dictionnaire de pharmacie chinoise, est l'auteur de mémoires, Yinyuan shidai shenghuo shi, dans lesquels il décrit la vie à Shanghai. Parmi les anecdotes qu'il narre, nombre d'entre elles se rapportent aux officines de crédit dont celle-ci que j'ai retenue et que je résume ici.

Ye Chengzhong, un pauvre batelier, prend un jour en charge un commerçant occidental ; ce dernier arrivé à destination oublie dans le bateau une sacoche enfermant de précieux documents. Le batelier, faute de pouvoir le rattraper, décide d'amarrer son bateau au quai et de l'attendre, patience qui permet au commerçant de récupérer aisément ses documents. Ce dernier est si content et si ému de l'honnêteté du batelier qu'il lui propose la gérance d'une quincaillerie dont il finance entièrement l'établissement. Ye Chengzhong est si heureux en entreprise que bientôt il est à même de financer avec autant de succès d'autres activités (fabrique de soieries, d'allumettes...) ainsi que quatre officines de crédit. L'un de ses fils devint comprador pour le compte de la banque de Taiwan et son unique petit-fils se fait connaître par ses frasques.

Tous les ingrédients d'une histoire très morale nous sont offerts. D'un côté, un homme frugal et honnête qui réussit à force de persévérance. De l'autre, une saga familiale classique en trois temps : constitution de la fortune, consolidation de la fortune, dilapidation de la fortune. Seul ingrédient inhabituel, la présence d'un commerçant occidental qui se révèle être bon, honnête et enclin à faire confiance. Ce doit être l'exception qui confirme la règle me suggère un esprit chinois malin!

Sources:
陳存仁,「市面繁榮風氣改」載「傳記文學」,第七十六卷第三期,104頁。
陳存仁,「銀元時代生活史」,上海,上海人民出版社,2000。

© Thierry Pairault 2001-2016 —