Afrique-Chine : approximations et confusion (suite)

Areas in Africa with more Chinese-backed projects were more likely to experience protests
Bruno Matarano et al.
The Conversation, 15 juin 2021

Je viens de lire un article paru dans The Conversation qui m’a un peu surpris. Il est intitulé  « Areas in Africa with more Chinese-backed projects were more likely to experience protests ». Les auteurs y affirment : « We did find a link: areas with more Chinese projects were more likely to experience protests ». La première chose qui m'a interpellé est la formulation même. Très généralement, ces « Chinese projects » sont véritablement des projets africains dont la réalisation a été concédée à des entreprises chinoises et dont éventuellement le financement a été confié à des institutions financières chinoises. D’emblée, donc, cet article nie que les pays et gouvernements africains puissent définir leurs propres stratégies de développement et que ces mouvements de protestations puissent résulter d’une opposition africaine à des décisions africaines dont la présence chinoise ne serait que le symptôme. Il y a donc une confusion méthodologique grave entre « concomitance » et « relation de cause à effet ». Une des zones signalées par les auteurs de cet article comme illustrant leur thèse serait l’Algérie dont l’instabilité sociale n’est pas nouvelle. Ni la réalisation de l’autoroute Est-Ouest (un projet qui remonte à l’époque coloniale), ni l’édification de la Grande Mosquée d’Alger, ni non plus la construction de logements ne peuvent être considérés comme des « projets chinois » et encore moins comme la cause du Hirak parce que ces projets ont été confiés à des entreprises chinoises. Le recours des dirigeants algériens à des entreprises chinoises pour mener de grands travaux a été une tentative pour acheter la paix sociale ; la présence chinoise en Algérie n’est pas la cause des problèmes de l’Algérie, mais seulement la manifestation d’un effort a priori peu réussi pour trouver une solution à ces problèmes. Certes, la présence chinoise peut à son tour créer des mécontentements, mais les causes ultimes de ceux-ci sont bien plutôt à chercher en amont de cette présence.

Rubrique Approximations, confusions, semi-vérités...