Revue de la recherche sur la coopération économique et commerciale sino-africaine dans le discours international

从偏见颇多到相对理性 — 国际话语背景下的中非经贸合作研究综述 [De préjugés en grand nombre à un relatif bon sens : Revue de la recherche sur la coopération économique et commerciale sino-africaine dans le discours international].
唐丽霞、 赵文杰 [Tang Lixia et Zhao Wenjie]
区域与全球发展 [Développement régional et mondial], 2022, n° 1, p. 064-81

Résumé [des auteurs]

Le développement de la coopération économique et commerciale sino-africaine a donné lieu à un nombre croissant d'études internationales sur l'accès aux ressources, les modes de coopération et la protection des droits des travailleurs. D'après les résultats des recherches existantes, bien que des concepts tels que « néo-colonialisme » perdent de leur influence dans le discours occidental, l'expansion de la coopération économique et commerciale de la Chine avec l'Afrique est remise en question par la communauté internationale ; les modèles de coopération chinois comme « des ressources contre des infrastructures » ou « coopération entre partenaires privilégiés » font l’objet de polémiques. Alors que les relations économiques et commerciales sino-africaines se développent, des questions telles que la protection des droits des travailleurs et les différences culturelles entre la Chine et l'Afrique commencent à faire l'objet d'une attention accrue. Cependant, la cause profonde de l'attention internationale portée à la coopération économique et commerciale sino-africaine est l'influence croissante de la Chine en Afrique. Alors que les premières études menées dans le cadre du discours occidental étaient clairement idéologiques et discriminatoires, avec des études plus empiriques et les changements positifs apportés par la Chine, certaines analyses universitaires fondées sur le bon sens ont présenté une image plus impartiale du rôle constructif de la coopération économique et commerciale sino-africaine. Les approches de la recherche sur les relations économiques et commerciales sino-africaine se diversifient de plus en plus et les points de vue varient considérablement. À l'avenir, l'étude de la coopération économique et commerciale sino-africaine a encore une grande marge de progression

À lire sur le site du CNKI ou celui du DRC  (ces deux sites nécessitent un abonnement).

Remarque [Th. Pairault]

Les deux auteurs, qui ne visent pas expressément la littérature occidentale, mais internationale, sélectionnent un certain nombre de références variées dont aimerait connaître la réelle représentativité. Évidemment, les auteurs ne piochent que dans la littérature anglophone, néanmoins aucune référence n’est faite aux travaux, par exemple, de Deborah Bräutigam dont la volonté d’objectivité est pourtant reconnue, ni non plus à ceux de Ian Taylor et bien d’autres qui ont souvent bien plus marqué l’époque que les auteurs recensés ici. De même des travaux universitaires anglophones parfois ouvertement pro-chinois sont ignorés : Ainsi Arkebe Oqubay et Justin Yifu Lin réussissent le tour de force de réunir des travaux assez distanciés (Deborah Bräutigam, David Shinn...) qu'ils encadrent de chapitres introductifs et conclusifs assez outrageusement peu objectifs (voir À propos de «China-Africa and an Economic Transformation» .