La dette et les rézosocios chinois

La dette et les rézosocios chinois
Thierry Pairault

L’absence de transparence statistique a des conséquences assez inattendues que révèle Zhang Zhongxiang 张中祥 (doyen fondateur de la Ma Yinchu School of Economics de l’Université de Tianjin, et directeur de l'Institut national de l'énergie, de l'environnement et de l'économie industrielle) dans un article paru le 10 juin 2020 sur Wechat : L'aide étrangère de la Chine n'est pas si importante, le montant effroyablement élevé est en fait confondu avec les prêts bancaires politiques chinois 中国的对外援助没那么多,吓人的巨额其实是与中国政策性银行的信用贷款搞混了 . Je remercie mon étudiant Lyu Zhihao 吕志浩 qui m’a communiqué cette référence.

Tout aurait démarré avec un article qui serait paru le 27 août 2017 dans le 环球时报 baptisé Global Times dans son édition en anglais. C’est un organe du groupe Le Quotidien du peuple dans lequel s’expriment les opinions du parti communiste chinois. Cet article aurait donné le montant de l’aide chinoise à l’étranger ; nous l’avons cherché en vain tant dans son édition chinoise qu’anglaise et pourtant son contenu circule sur les rézosocios chinois par simple copier-coller dont nous donnons un exemple avec sa traduction en fin d’article. Ce qui étonne d’emblée est le choix des bénéficiaires (pays et continents ensemble) qui suit une logique a priori incompréhensible. Puis ce qui frappe aussi est le choix de la date du taux de change pour convertir les dollars en yuans : pourquoi choisir le taux de change au 19 mai (2017, nous avons vérifié) pour un article paraissant le 27 août ? Nous pouvons nous demander s’il ne s’agit pas de la récupération d’un article de blog antérieur habillé de telle sorte qu’il gagne en sérieux et donc en crédibilité. Quoi qu’il en soit, les données originales proviennent d’AidData un laboratoire de recherche états-unien des plus sérieux dépendant du College of William & Mary. Les données sont en accès libre et regroupées dans un dossier intitulé Aid, China, and Growth: Evidence from a New Global Development Finance Dataset  ; l’addition des différents flux recensés donne bien 877,4 milliards de dollars. Ces données, comme le fait remarquer Zhang Zhongxiang, ne concernent pas l’aide étrangère de la Chine, mais le montant des flux financiers officiels chinois (aide, prêts…). Mais là une nouvelle surprise nous attend, les données de AidData concernent 2000-2014 et n’ont été publiées qu’en octobre 2017 – pour la période 2000-2014 et non pour les « quatre dernières années » qui correspondraient à la période 2012-2016. Continuons, les évaluations sont faites en dollars de 2014, donc il aurait fallu prendre en compte un taux de change pour cette année-là pour évaluer leur contrepartie en renminbi.

Nous retrouvons ces « informations » sur le compte twitter de Boxun dès le 17 juin 2017 où elles sont déjà créditées au Global Times, mais sans référence à une date précise. Or, Boxun est un site d'agrégation de l'actualité en ligne à destination de la diaspora chinoise, il se spécialise dans la dénonciation de scandales politiques qui auraient eu lieu en Chine. Il serait soutenu par le National Endowment for Democracy, financé par le gouvernement américain. À partir de là, on peut imaginer toute l’histoire (avec un petit « h ») : quelqu’un ayant eu accès à l’étude en cours d’AidData, aurait communiqué les renseignements à Boxun et, à partir, de son tweet initial aurait généré une cascade de transmissions au cours desquelles les « informations » auraient été embellies, actualisées… jusqu’à aujourd’hui au grand bénéfice d’une opposition nationaliste se refusant à ce que la Chine gaspille hors de son territoire ses ressources financières. Cette « générosité » chinoise et ce « gaspillage » des fonds publics suscitent sur les rézosocios des commentaires outranciers : « aider les Africains c’est comme battre des chiens avec de petits pâtés de viande », résultat, ils reviennent toujours à la charge. Pour être honnête, mes compatriotes, qui se défoulent sur Twitter, tiennent des propos tout aussi lamentables sur l'usage de l'argent public français en Afrique.

L’absence chinoise de transparence et de communication de statistiques fiables encourage la recherche d’informations ailleurs, quelle qu’en soit leur véracité ou l’interprétation à en donner. Ce faisant le gouvernement chinois se prive de la possibilité de dénoncer ces fausses nouvelles et de rectifier les explications biaisées à travers un article qui serait publié, disons, dans … Global Times.  

据2017年8月27日报出,统计四年来中国援外的数据(数据来源于《人民日报》旗下《环球时报》 ):

委内瑞拉  650亿美元,

俄罗斯    4000亿美元,

印尼          500亿美元,

拉丁美洲1180亿美元,

巴西          100亿美元,

厄瓜多尔  120亿美元,

非洲         600亿美 元,

安哥拉        74亿美元,

中东国家  550亿美元。

以上合计8774亿美元。

以5月19日汇率6.88计,

合计60365.12亿元人民币。

 

 

Selon un rapport publié le 27 août 2017, les statistiques sur l'aide étrangère de la Chine au cours des quatre dernières années (chiffres du Global Times, porte-étendard du Quotidien du peuple) :

Venezuela 65 milliards de dollars.

Russie 400 milliards de dollars.

Indonésie 50 milliards de dollars.

Amérique latine 118 milliards de dollars.

Brésil 10 milliards de dollars.

Équateur 12 milliards de dollars.

Afrique 60 milliards de dollars.

Angola 7,4 milliards de dollars.

Les pays du Moyen-Orient 55 milliards de dollars.

Le total ci-dessus s'élève à 877,4 milliards de dollars.

Avec un taux de change de 6,88 le 19 mai,

le montant total est de 603,512 milliards RMB.