Zhang Hongming et la "démocratisation" de l'Afrique

非洲政治民主化历程和实践反思——兼论非洲民主政治实践与西方民主化理论的反差 [Réflexions sur l'histoire et la pratique de la démocratisation politique en Afrique - et les contrastes entre la pratique politique démocratique africaine et la théorie occidentale de la démocratisation]
张宏明 Zhang Hongming
西亚非洲  [Asie occidentale et Afrique], 2020(06), p. 3-52.

Article très posé de ce chercheur francophone de la CASS qui prône un "modèle hybride" de démocratie et qui fait l'éloge en filirane d'une "démocratie" autoritaire à la chinoise.

Présentation :

La démocratisation n'est pas un processus naturel dans le développement politique des pays africains, mais elle est initiée dans un contexte de circonstances externes changeantes et de conditions internes inadéquates. C'est également une raison importante de l'échec de la transformation démocratique dans de nombreux pays africains, comme en témoigne le fait que les régimes autoritaires précédents ne se sont pas vraiment désintégrés ou éliminés, mais ont seulement été affaiblis à des degrés divers. Les particularités de l'initiation à la démocratie et l'échec de la transformation démocratique ont fait que la consolidation de la démocratie dans la plupart des pays africains reste au niveau de la construction institutionnelle de la politique démocratique, tandis que la culture de la démocratie a encore un long chemin à parcourir. La consolidation de la démocratie dans les pays africains ne peut être jugée uniquement sur la base du nombre de cycles électoraux ou de la fréquence des changements de régime, mais plutôt sur le contenu des valeurs démocratiques qui y sont ancrées. La qualité de la démocratie est plus importante que la forme de la démocratie. L'expérience africaine montre que la démocratisation peut partir de différentes bases, mais que l'adéquation des conditions ou leur absence a une incidence sur le rythme de la démocratisation, la qualité de la politique démocratique et la forme et l'efficacité des institutions démocratiques. C'est pourquoi la plupart des démocraties africaines post-transition sont "hybrides" entre démocratie et autoritarisme. L'expérience africaine montre également que des "facteurs structurels" et des "facteurs processuels" ont toujours accompagné le processus de démocratisation dans chaque pays, mais qu'à mesure que le processus s'approfondit, les conditions socio-économiques sont plus importantes que le rôle dynamique des "acteurs politiques". À mesure que la démocratisation s'approfondit, le rôle des conditions socio-économiques devient plus important que le rôle dynamique des "acteurs politiques". La démocratie dans les pays africains n'a pas été entièrement copiée sur l'expérience extérieure, en particulier sur les modèles occidentaux, mais est le produit de la combinaison des principes fondamentaux de la politique démocratique avec les réalités africaines. La réalité de la politique démocratique dans les pays africains est généralement conforme à leur niveau de développement socio-économique et, en ce sens, les "systèmes mixtes de gouvernement" pourraient devenir un type de gouvernement "normalisé" qui continuera d'exister en Afrique pendant longtemps. Il existe un contraste évident entre la pratique de la démocratie dans les pays africains et les théories occidentales de la démocratisation, mais c'est là que l'étude de la démocratisation en Afrique devient pertinente.