African borrowers must unite to seek best deals from China and the West

African borrowers must unite to seek best deals from China and the West
Hannah Ryder
African Business, 26 avril 2022

Lire à / Read at https://african.business/2022/04/fin...

Français English

Ils devraient sûrement s'unir, mais il ne faut pas rêver, car la transparence générale et totale est la condition sine qua non d'une telle unité. La concurrence entre les pays africains pour obtenir des prêts est trop forte pour qu'une telle transparence soit réalisable - quels que soient les prêteurs. Le manque de transparence affecte également les prêteurs, parmi lesquels la concurrence est également féroce. Le Club de Paris est un organisme qui organise la transparence entre les membres pour restructurer la dette d'un pays débiteur sans pénaliser un membre au profit d'un autre. D'où l'organisation ; un représentant du prêteur discute avec le pays débiteur. Ces discussions peuvent facilement prendre deux ans pour aboutir à un accord mutuellement acceptable. Expliquer l'organisation du Club de Paris par un relent de colonialisme semble bien faible au regard du problème de fond (la transparence). En outre, cet article néglige le rôle des détenteurs d'obligations privés en Afrique, qui est de plus en plus important et encore plus opaque.

Surely they should unite, but don't dream, since general and total transparency is the sine qua non of such unity. Competition between African countries for loans is too great for such transparency to be attainable - irrespective of the lenders. The lack of transparency also affects lenders, among whom there is also fierce competition. The Paris Club is a body that organises transparency between members to restructure a debtor country's debt without penalising one member for the benefit of another. Hence the organisation; a lender representative discusses with the debtor country. These discussions can easily take two years to reach a mutually acceptable agreement. Explaining the organisation of the Paris Club as a whiff of colonialism seems rather weak given the basic problem (transparency). Also, this article overlooks the role in Africa of private bondholders, which is increasingly prominent and even more opaque.